mardi 17 octobre 2017

[Samy] Après la pluie de Jun Mayuzuki





Titre :  Après la pluie
Dessinateur :  Jun Mayuzuki
Maison d'édition  : Kana
Type : Seinen
Genre :   romance, comédie, école
Prix : 5,95€ (prix de lancement jusqu’au 31/12/17)
Nombre de tomes : VO : 8 (en cours) VF : 2 (en cours)




Résumé :
Akira Tachibana, 18 ans, est en classe de première au lycée. Après les cours, elle travaille dans un restaurant familial géré par Masami Kondô, 45 ans. La jeune fille, plutôt introvertie, est secrètement très attirée par son patron. Alors qu’Akira s’apprête à peine à sortir de l’adolescence, Kondô, lui est déjà à la moitié de sa vie. Une histoire d’amour à suivre de près …




Il est temps d’arpenter un nouveau genre, aujourd’hui parlons seinen. Le seinen est un manga adressé à un public plus mature, plus adulte dirons-nous. Il reprend des thèmes du shonen mais de façon plus complexe, plus réalistes et parfois plus violemment.


Un amour hors norme


Kana nous a proposé en avril 2017 un nouveau seinen qui vient grossir la palette de manga de son catalogue. Après la pluie de Jun Mayuzuki est un manga qui nous offre de la simplicité et c’est simplicité qui ressort la crédibilité de la situation. C’est à travers une tranche de vie que Jun Mayuzuki plante ses deux personnages. Akira, une adolescente pas très bavarde, ni très sociable. Ancienne sprinteuse, une blessure à la cheville a fait vaciller ses rêves. De l’autre côté, Masami, le gérant du restaurant. 45 ans, divorcé et papa d’un petit garçon, c’est un personnage un peu gauche écrasé par le poids du travail, gentil et bienveillant. Avec ce titre, les éditions nous font découvrir une romance différente qui se veut d’éviter l’amour à sens unique ou l’amour impossible. Après la pluie met en lumière le sujet sensible de la différence d’âge entre deux personnes dans une relation amoureuse. D’un ton léger et délicat, on découvre une nouvelle façon de voir l’amour. Les sentiments ne s’expliquent pas et le manga le montre très bien. Ici, pas de mièvrerie, le manga étincelle lui-même de sa limpidité. 

Un manga qui sort des sentiers battus


Une romance, oui, mais sans cliché. Il n’y a pas de volonté de faire plamplan pour que ça étincelle et plaise à son lectorat. Akira n’a rien de l’héroïne de shojo. On sort de l’image de la fille pétillante, belle qui tombe amoureuse du garçon populaire de l’école. Ici, la désillusion est introduite dès le début ; Akira a subi un accident qui lui a couté sa passion. Elle est plutôt mûre et sort du lot de ses héroïnes fades manquant de vigueur de la plupart des shojo. C’est un manga qui sort des sentiers battus et c’est appréciable. Ce premier tome prend le temps de poser les relations, mais on ne traine pas en longueur : la fin du tome 1 annonce déjà un tremplin dans l’histoire.

Un manga tout en poésie


Une ambiance douce, de timidité et d’appréhension des sentiments est mise en place. Le manga est frais et renouvelle le genre de la romance. Il y a beaucoup de poésie et de mélancolie qui ressort du graphisme, il y a peu de dialogue, ce qui donne beaucoup d’ampleur aux dessins.

NB : Une adaptation animée vient d'être programmée pour une diffusion prévue en janvier 2018 sur Fugit TV (qui ont passé Your lie in April, Erased, Psycho-Pass) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire