mardi 4 avril 2017

[Marine] La Différence invisible de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez



Auteur: Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

Maison d'édition: Delcourt

Collection: Mirages

Secteurs: BD

Nombre de pages: 196 pages

Prix du livre neuf: 22.95 €








Eh oui ! Deuxième article et deuxième BD ! Celle-ci m’a été offerte pour mon anniversaire par mes amies et quel beau cadeau ! (J’avoue, je l’avais déjà repérée et une de mes amies l’avait remarqué.) Si vous me lisez, merci les filles !

Marguerite a 27 ans et se sent différente des autres. Vous êtes-vous déjà senti à l’écart lors d’une soirée ? Alors vous avez eu un aperçu de ce que vit notre héroïne au quotidien. La différence entre elle et la plupart des gens ? Ce n’est pas juste le temps d’une soirée que Marguerite se sent décalée mais dans toutes les actions du quotidien. Elle aime sa routine et son petit cocon avec ses animaux, mais elle se sent mal-à-l’aise au boulot, elle ne se sent pas bien dans les soirées ou lorsqu’elle est entourée par trop de monde. Elle ne comprend pas toujours l’humour ou le comportement de certaines personnes. Pourtant elle semble être comme tout le monde, ce qui entraîne une incompréhension de la part de ceux qui l’entourent. Elle tente souvent de faire des efforts, surtout pour faire plaisir à son conjoint, mais un jour elle décide de se prendre en main. Elle recherche la raison de son mal-être sur internet. Serait-elle autiste Asperger ? Ce diagnostic va l’aider à se comprendre, à s’accepter et à apprécier la vie d'une manière plus paisible et sereine. Seule ombre au tableau : comment faire comprendre aux autres qu’elle a des besoins différents et qu’il faut qu’ils l’acceptent ainsi ?

C’est donc sans surprise que je vous parle du personnage principal : Marguerite. Elle est très attachante notamment parce que l’on ressent très rapidement ses émotions. Cela nous donne même l’envie d’agir, d’entrer dans la BD pour qu’elle se sente mieux mais aussi de secouer les gens qui ont du mal à comprendre sa différence et qui ne font aucun effort. Grâce à ce personnage plein de nuances, l’auteur nous montre ce que ressent une personne atteinte du syndrome d’Asperger. Ce qui m’a le plus marquée c’est ce sentiment de malaise presque constant et cette hypersensibilité à tous les bruits qui l’entourent. Pour ce qui est des autres personnages, ils sont nombreux et la plupart du temps agaçants (bah oui ils ne comprennent rien à rien !) cependant dans la seconde partie ils sont plus compréhensifs et bien plus adorables ! (pour la plupart !). Mention spéciale à la libraire, pas simplement parce que j’aime les librairies mais parce qu’elle porte de l’attention à Marguerite dès le début de la bande dessinée sans être imposante. La narratrice est donc une libraire pleine de tendresse.

La bande dessinée est divisée en deux parties : avant et après le diagnostic. Elles sont matérialisées par une utilisation des couleurs très pertinente. La première partie est très sombre et semble être le reflet du ressenti de Marguerite. On note également les nombreux éléments rouges qui font apparaître tout son extérieur comme une agression. Dès que Marguerite comprend qu’elle pourrait être autiste asperger, les couleurs apparaissent à mesure qu’elle reprend goût à la vie. La quantité de rouge diminue pour finir par être pratiquement absente. Par ses dessins et ses couleurs, Mademoiselle Caroline intensifie les émotions et la puissance du scénario de Julie Dachez qui nous fait passer d’un sentiment de malaise à un sentiment de bien-être.


Cette BD m’a fait passer un très bon moment tout en me permettant de mieux connaître et de comprendre ce syndrome pas assez connu ou victime de nombreux préjugés. J’espère qu’il en sera de même pour vous, potentiels futurs lecteurs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire